Comment les mutuelles s’adaptent-elles à la demande croissante en médecines douces ?

mutuelle médecines douces

Les médecines douces sont de plus en plus plébiscitées par les Français depuis quelques années. Elles sont extrêmement variées, mais ont comme point commun de mettre l’accent sur le naturel et de rechercher l’équilibre de l’organisme dans sa globalité. Face à leur succès, les acteurs de la complémentaire santé doivent revoir leurs offres. On vous en dit plus à propos des mutuelles pour les médecines douces.

Qu’est-ce que la médecine douce ?

Également appelée médecine parallèle ou médecine alternative, la médecine douce regroupe de nombreuses pratiques qui ont pour but d’offrir une approche respectueuse du corps humain. Contrairement à la médecine conventionnelle, elle ne se base pas uniquement sur les conséquences des maladies et ne prescrit pas de solutions médicamenteuses ni de traitements chirurgicaux. À la place, elle propose des techniques naturelles comme les massages, Parmi les spécialités thérapeutiques qui la composent, on peut citer :

  • l’ostéopathie
  • l’acupuncture
  • la sophrologie
  • l’hypnose
  • l’étiopathie
  • l’homéopathie
  • la sophrologie…

La médecine douce est souvent utilisée en association avec la médecine conventionnelle. Quelle que soit la pratique, les séances sont souvent chères, c’est pourquoi, les complémentaires santé telles que april.fr proposent de plus en plus d’offres adaptées.

Comment la médecine douce est-elle prise en charge ?

La médecine douce n’est pas remboursée par la Sécurité sociale à l’heure actuelle. Ainsi, même si les Français consultent de plus en plus régulièrement des thérapeutes comme les ostéopathes, par exemple, ils n’ont droit à aucune indemnisation de la part de l’assurance maladie. Il existe cependant un cas particulier : la psychologie. En effet, il existe un certain nombre de cas dans lesquels les séances sont prises en charge par la Sécurité sociale :

  • Les séances ont été demandées par un médecin traitant et le psychologue exerce soit dans un hôpital, soit dans un CMP.
  • Le patient répond aux conditions mises en place par le nouveau dispositif qui date de 2022. Il faut ainsi qu’il soit âgé de plus de trois ans, que les séances aient été prescrites par son médecin traitant et qu’elles se passent chez un psychologue faisant partie du dispositif. Dans ce cas, il est possible de bénéficier de jusqu’à 8 séances remboursées à 100 %.

Dans tous les autres cas, il faut passer par la mutuelle santé pour obtenir un remboursement. Ce dernier prend alors la forme d’un forfait qui peut être variable d’une offre à une autre. Les forfaits le plus souvent proposés par les complémentaires santé sont les suivants :

  • un forfait par séance sachant que le nombre de ces séances est limité (50 € pour 4 séances par an, par exemple)
  • un forfait annuel global (200 € par an, par exemple)

Sachez également que les disciplines prises en charge varient d’une mutuelle à une autre, certaines d’entre elles limitant la prise en charge de certaines d’entre elles. Il faut donc bien vérifier ce point au moment de la souscription d’un contrat.

Comment bien choisir votre forfait médecine douce ?

Si vous êtes adepte des médecines douces, vous allez devoir faire attention à l’offre de forfaits proposée au moment de choisir votre mutuelle. Ils sont souvent regroupés sous l’appellation « Bien-être et prévention ». Pour faire le bon choix, vous devez donc vérifier quel est le niveau de remboursement pour chaque discipline et quelles sont celles qui ne sont pas prises en charge.

Notez que si vous voulez bénéficier d’un bon remboursement de vos séances de médecine douce, cela aura forcément un impact sur le coût de vos mensualités. Pour que cela reste raisonnable, le mieux est donc de comparer en demandant plusieurs devis. Nous vous conseillons également d’estimer vos besoins en la matière le plus précisément possible. Pour ce faire, vous pouvez vous baser sur les séances effectuées les années précédentes. Il sera ensuite plus facile d’estimer le montant de la prise en charge à laquelle vous aurez droit, mutuelle par mutuelle.

Quelques exemples

L’acupuncture

Pratiquée à l’aide d’aiguilles ou de ventouses, l’acupuncture est originaire de Chine. Son but est de favoriser l’équilibre de l’organisme en optimisant la circulation de l’énergie. Lorsqu’elle est pratiquée par un médecin conventionné, elle est remboursée par l’assurance maladie et le ticket modérateur est pris en charge par la mutuelle. Lorsque le praticien n’est pas conventionné, le remboursement des séances peut aussi être effectué par cette dernière dans le cadre d’un forfait.

L’hypnose

Le but de l’hypnose est de soigner des troubles psychiques, physiques ou comportementaux en plongeant le patient dans un état particulier de conscience. Elle peut aussi traiter les comportements de dépendance. Les séances, dont le coût moyen est de 80 €, ne sont pas remboursées par la Sécurité sociale. Quant à la mutuelle, elle peut les prendre en charge en partie ou en totalité, selon le forfait choisi.

La sophrologie

La sophrologie agit sur notre corps et notre mental via des exercices d’imagerie mentale, de respiration et de décontraction. Cela afin de permettre de mieux se connaître et de mieux gérer son stress et son anxiété. Vous ne bénéficierez d’aucun remboursement de l’assurance maladie, mais votre mutuelle peut prendre en charge la totalité ou une partie des séances.

La réflexologie

Le but de la réflexologie est d’agir à distance sur nos organes via les zones réflexes qu’ils intègrent et auxquelles ils sont reliés par des terminaisons nerveuses. Cela se fait par des manipulations des mains, des pieds ou du visage. Non réglementé, le coût des séances peut varier de 30 à 100 € et il n’est pas remboursé par la Sécurité sociale. La complémentaire peut prendre en charge tout ou partie des séances.


Plan du site